AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 › dressage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Le Directeur
arrivée le : 19/10/2013
lettres envoyées : 824
expérience : 1050
miroir : sebastian stan.
pseudo : manyts.

MessageSujet: › dressage   Sam 3 Oct - 11:33


on se place, et on dresse !

Qui n'a jamais rêvé de s'entraîner pour un concours de dressage ? Ici, vous aurez la possibilité de faire comme les plus grands, c'est à dire, d'entrer dans un des paddock aménager pour l'occasion afin de travailler votre cheval.

Nous vous demanderons d'executer toutes les figures suivant, dans l'ordre annoncé, à l'allure annoncée   Attention, les mors de type pessoa, pelham et western ne sont pas autorisés. Vous pouvez venir en bride, en baucher, en mors simple, olive ou verdun, en goyo-aga ou en sans mors, c'est à votre convenance.

Pas, arrêt, salut, pas.
Trot dans la longueur, engagement, puis diagonale.
Retour au pas, volte, trot.
Cercle au trot, puis galop et diagonale.
Cerle au galop, retour au trot, serpentine.
Retour au pas, déplacement latéral des hanches, puis diagonale et re-déplacement des hanches.
Figure libre sur un tour de piste, puis retour au pas, doublé dans la largeur, arrêt, salut.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hurlevent-stables.kanak.fr
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: › dressage   Mar 6 Oct - 12:03

    Figure libre sur un tour de piste, puis retour au pas, doublé dans la largeur, arrêt, salut. Un dressage ? A Sallanches ? Eh ben, il ne m’aura pas fallu trente secondes pour me motiver, après l’annonce de notre directeur. Je m’élance vers le box de ma douce Boreal, jument exceptionnelle que je n’ai pas encore eu l’occasion de tester depuis que j’en suis l’heureux propriétaire. Et ca tombe bien, aujourd’hui c’est une petite reprise, juste de quoi la mettre dans le bain. Je sais qu’elle a ça dans le sang, et elle en a déjà fait, même si je n’y étais pas pour le constater.

    Armé d’une boîte de pansage, j’ouvre la porte de ma jument, la caressant longuement. Ses oreilles vers l’avant, elle est attentive à l’agitation extérieure. Pas étonnant qu’il y ait autant de monde, le haras est en fête ! Je panse la robe soyeuse avec une brosse douce pour lustrer le poil et retirer la poussière. Boreal est une princesse, il est rare qu’elle se salisse quand elle est au box, je la retrouve parfois plus propre que la veille, ce qui a souvent de quoi m’étonner. Je ne m’en plaindrai cependant pas.

    Je natte sa crinière –devenue bien longue – de la même façon que je natte les étalons lusitaniens et espagnols, avec un ruban blanc dans les crins noirs. Normalement les juments lusitaniennes sont rasées, mais j’ai la volonté de laisser les crins de ma jument pour la simple et bonne raison qu’elle en a besoin pour chasser les insectes. Je m’attelle à la queue, avec l’aide d’un palefrenier un peu plus doué que moi pour natter, puis prends ses sabots nus pour les curer, et les graisser.

    Je prends ensuite une éponge pour soigner son nez et ses yeux, puis vais dans ma sellerie. Je ramène l’équipement de concours, ma belle selle de dressage, et mon bridon sans mors fraichement graissé. Tapis blanc, bandes de polo blanches, et cuir noir, voilà ma baie parée pour un concours élégant et gracieux. J’enfile ma tenue de concours, mes bottes neuves.

    A cheval, je me rends à la détente. Sans trop demander à ma jument, je la laisse étendre son encolure aux trois allures. A la fin de la détente, elle est sur la main, avec un engagement de qualité, prête à travailler. A l’arrivée devant la carrière du concours, un juge vient vérifier mes éperons, que je n’ai pas, mon stick, qui n’est également pas là, et bien évidemment l’embouchure de Boreal… Qui est inexistante. Ainsi, pas de soucis.

    Nous nous rendons dans le carré de dressage, plutôt détendus, ce qui m’étonne de la grande brune. L’entrée se fait au pas de travail, suivie d’une immobilisation et d’un salut. Nous reprenons le pas de travail.

    Dans la longueur qui arrive, je demande le trot d’une pression presque imaginaire tant ma jument est réactive. Pas besoin de demander plus d’activité, la locomotion naturelle de la belle pur sang est suffisante pour un engagement nécessaire des postérieurs. Ses antérieurs vont chercher loin dans le trot, un trot que je n’ai d’ailleurs presque jamais vu avec elle… comme si le fait d’être en concours lui faisait sortir ses plus beaux atouts. Je me sers d’ailleurs de son engagement et de sa recherche d’allongement pour dérouler une diagonale digne de ce nom.

    Bien qu’elle ne soit pas trop d’accord pour travailler au pas, en sachant que nous travaillons nos reprises le plus souvent au trot et au galop, je demande une transition descendante. La jument tente de rechigner mais une très légère fermeture des doigts la rappelle à l’ordre. La rébellion ne s’est même pas vue, je donne un peu plus de rênes pour obtenir de la décontraction et une attitude plus basse. A l’approche de la lettre devant laquelle je vais demander une volte, je reprends un peu plus de contact pour demander une mise sur la main à la jument. Je tourne les épaules à l’aide de ma main extérieure, remontant légèrement ma main intérieure, plus lâche. Cette main me permet de garder l’incurvation autours de ma jambe intérieure, alors que ma jambe extérieure garde les hanches à leur place.

    Je regagne la piste, puis redonne un peu d’impulsion pour passer au trot. Nous abordons un cercle de piste à piste avec les mêmes aides qu’au pas. Pour Boreal ce n’est pas un souci, puisqu’elle est toujours plus à l’aise sur le travail au trot. Ma main se fait beaucoup plus discrète, ma jambe plus comme un rappel d’allure. Ma jument connaît son métier, il ne me faut presque pas de présence pour une réalisation idéale. Je me contente donc de rester à ma place, dans la douceur, attentif à mon tracé. A la fin de la figure, je prends le galop avec l’assiette, jambe extérieure pour garder les hanches, et main extérieure avec jambe intérieure pour l’incurvation. Ma jument se met sur la main pour avancer au galop de travail. Je veille à lui laisser une ouverture de nuque un peu plus grande pour qu’elle ne s’enferme pas et qu’elle ne creuse pas son dos.

    Sur la reprise, la diagonale suivante ne nous a pas été indiquée à quelle allure elle devait passer. Pour moi il n’y a aucun souci, je resterai au galop. J’aborde la figure avec un peu d’avance, en tournant légèrement mes épaules, ce qui donne la bonne direction à Boreal dès l’entrée. La jument tend les oreilles vers l’avant, tentant d’accélérer. Je ferme les doigts, puisque nous allons devoir changer de pied : je préfère un rassemblé. Je demande donc à ma jument de se porter, avec des postérieurs puissants, et des antérieurs qui vont chercher plus haut que loin. Les allures du lusitanien sont toujours adaptées à un travail du rassemblé, et je sais que ça lui permettra de gagner des points par rapport à un autre cheval –ce qu’elle pourrait perdre éventuellement par rapport à un cheval allemand du même niveau sur un allongé.

    A l’instant que j’ai choisi, soit en X, je change mes aides simultanément, et Boreal exécute un changement de pied en l’air parfait. Superbe jument… Nous terminons la diagonale sur un allongement/rassemblement pour passer le coin, puis de nouveau un cercle de pistes à pistes. De nouveau, j’essaie de demander à ma jument de se poser sur son cercle, avec décontraction mais toujours dans l’élégance. Sans problèmes encore une fois.

    Je retrouve les principes des changements d’incurvations dans une serpentine à 5 boucles que j’effectue au trot, sans précipitation, en contenant Boreal qui préfère les exercices plus complexes… Ca lui fait du bien de revoir ses bases ! Depuis le pas, et cela toujours dans le mouvement, je demande des déplacer les hanches d’abord à droite. La jument me sort les hanches, sans changer la direction des épaules. Je demande un allongement du pas en extension d’encolure dans la diagonale, puis réitère le déplacement des hanches mais cette fois vers la gauche.

    En guise de figure libre, qui doit se dérouler sur un tour de piste, je choisis le pas espagnol évidemment, que Boreal sait faire depuis sa plus tendre enfance. Une simple indication de mes pointes de pieds suffit à la faire travailler la tension de ses antérieurs. J’ajoute quelques foulées au trot espagnol, beaucoup plus complexe donc qui se doit d’être plus court –mais pas moins intense et précis – sur la fin du tour, et ce avant le doublé.

    Je double dans la largeur en reprenant le pas de travail, puis vient m’arrêter en X pour saluer de nouveau. Je redonne alors les rênes à la jument, la félicite longuement et retourne à l’écurie pour la desseller et enfin, l’emmener brouter en l’attente des résultats.
Revenir en haut Aller en bas
 

› dressage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les seigneurs de Dreamland
» "Une Petite Visite de Courtoisie" [Libre]
» L'histoire d'une rebelle, perturbée par une vie douloureuse. - Essalia Dreawan.
» Es-tu celui qui murmure à l'oreille des chevaux ? (répétitive)
» Présentation des personnages spéciaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HARAS DE HURLEVENT :: La poésie est la tendresse espiègle des jeux de mots :: archives du forum :: concours terminés-