AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 En carrière et au grand air !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: En carrière et au grand air !    Jeu 12 Mai - 0:19


Quelques fractions de secondes inoubliables...
Ashley & Ulysse - Carrière (saut)

 
Enfin ! Je viens enfin de mettre les pieds dans la carrière ! Elle est très spacieuse, le sol est formé par une épaisse couche de sable et la lice formé par des panneaux de bois rend le cadre très agréable pour travailler de bonne humeur. Je souris en sentant la semelle de mes boots s'enfoncer dans le sable qui doit surement être chaud avec le soleil. Derrière moi, Ulysse semble s'impatienter et n'apprécie pas vraiment le fait que je me contentes de rester à l'endroit sans bouger. Je plisse légèrement les yeux, lui lançant un regard accusateur après avoir reçu un gentil coup de tête en plein dos puis je cède finalement, souriant une énième fois avant de rentrer dans la carrière, refermant la lice derrière mon pie. Il faut vraiment que j'arrête de sourire niaisement à ses bêtises... mais c'est plus fort que moi.

Je décide de ne pas m'arrêter immédiatement, je préfère faire le tour de la carrière à pied afin de vérifier si une chambrière oubliée ou un quelconque objet pourrait gêner la séance. En même temps, je peux plus aisément estimer la longueur et largueur de la carrière afin d’anticiper les futurs exercices. Et puis pendant cette marche, le petit bidon d'Ulysse se dégonfle gentiment...

Quelques minutes de marche plus tard, je m'arrête sur la ligne du milieu afin de vérifier une dernière fois que tout est O.K. : je sangle de trois trous en plus, ce qui en fait 4 au total et la petite marque d'usure du contre-sanglons à cet endroit indique qu'il s'agit de l'endroit habituel où Ulysse est sanglé. Pas de pli devant la bavette, parfait. Je ne prends pas la peine de régler les étriers, j'ai l'habitude de les garder très courts à n'importe quel moment. Attrapant les rênes afin de les garder dans ma main gauche, je passe mon pied dans l'étrier gauche, attrape le troussequin avec ma main de libre et me hisse non sans effort sur le dos de mon pie. Et oui, ça ressemble à une véritable ascension pour moi et mon petit mètre soixante... Mais bon !

- C'est bien mon gros..
Je félicite Ulysse en lui offrant une petite grattouille juste au dessus du garrot, endroit qu'il adore pour les papouilles. J'ai pris l'habitude de toujours le féliciter, même pour les choses basiques et simples histoire de toujours garder quelque chose de positif dans les séances.
Plus impatiente que jamais de commencer enfin cette remise au travail, je laisse une grande partie des rênes à Ulysse qui prend aussitôt le pas, laissant son encolure s'étendre progressivement vers l'avant et le sol. Pendant ce temps, je tourne mes chevilles dans le vide ainsi que ma nuque, j'espère ne pas avoir trop de courbatures pour demain..
Rapidement, ma concentration se perd dans les crins blancs de la crinière d'Ulysse qui ondule doucement au rythme de ses pas, me faisant doucement sourire. Puis mon regard trace le chemin qui mène de son encolure à sa nuque, bien étendue et décontractée.
- C'est bien, tu travailles ton dos tout seul comme un grand !

Je soupire brièvement en levant mon regard vers l'horizon, admirant le petit bout de forêt qui devait se trouver à trois kilomètres, quatre tout au plus. J'ai hâte d'aller y faire un tour, Ulysse adore l'extérieur bien qu'il soit plus difficilement gérable.. Au fil des minutes, mon gros se décontracte mais je suis rassurée de ne pas voir de salive sur les coins de sa bouche... En effet, j'avais appris des années en arrière qu'une salivation excessive n'est pas forcément signe de décontraction, bien au contraire. Je décide donc de jouer un peu des rênes, reprenant une dizaine de centimètres tout en les gardant assez longues tout de même, voulant avoir une bonne détente.

Quelques mètres plus loin, je décide de nous mettre un peu plus au travail. Tout en gardant mes étriers déchaussés, je me redresse légèrement et effleure les flancs d'Ulysse qui prend aussitôt un trot énergique, me surprenant d'ailleurs un peu. Je me replace correctement dans ma selle, habituée aux foulées très amples de mon entier. Il n'est pas des plus confortables, pas vraiment souple mais je ne l'échangerais pour rien au monde. Gardant une attitude de travail idéal pour son dos, je sens qu'Ulysse engage bien ses postérieurs et a une bonne amplitude. Aujourd'hui j'opte pour le travail de l'incurvation. Ulysse a tendance à être assez sur les épaules en parcours et autant travailler ce point lors de la détente. Je décide donc de le mettre sur un cercle en C, faisant deux grands tours sans incurvation avant de le reprendre légèrement dans les rênes, lui demandant à la troisième fois de s'appliquer davantage.

Bien qu'il ne semblait pas très coopérant, Ulysse s’exécuta sans broncher car il savait très bien que la séance va tourner autour de ça si il n'y met pas du sien. Je répète l'opération deux fois supplémentaires, réalisées tout aussi proprement. Je continue cette détente en optant cette fois-ci par quelques exercices de transitions. Je profite d'être dans sur une ligne droite pour demander un allongement du trot à mon pie, poussant avec mon bassin d'arrière vers l'avant et relevant légèrement les rênes au dessus du garrot. Arquant légèrement l'encolure, Ulysse se précipita d'abord en se mélangeant les pieds mais au bout de quelques mètres allongea correctement bien que c'était loin d'être parfait. Je le reprends doucement dans les rênes, repassant à un trot de travail sur quelques foulées avant de m'asseoir dans la selle en reculant mes épaules et mes mains, voulant cette fois-ci un arrêt. C'est un arrêt net et précis de la part de mon gros, même un peu violent je dirais. Je me couche sur son encolure pour y déposer un petit bisou ainsi qu'un gros câlin, fière de son comportement si réceptif aujourd'hui.

Je rechausse finalement mes étriers car je m'attends à un excès de joie de la part d'Ulysse qui va surement vouloir galoper plusieurs minutes à fond avant de repasser à une vraie attitude de travail. Pour éviter de trop le précipiter, je récupère la quasi-totalité des rênes et le travaille doucement au pas sur un cercle. Reculant ma jambe et mon épaule extérieure et plaçant ma jambe intérieure à la sangle, je me redresse légèrement et j'attends tranquillement la réaction d'Ulysse qui ne tarde pas à venir. En effet, il part aussitôt au galop, m'arrachant au passage quelques centimètres de rênes. Décidant de ne pas batailler avec et de ne pas tirer sur les rênes, je me met simplement en équilibre, vérifiant par la même occasion qu'il soit sur le bon pied. Autant travailler ma position de cross par la même occasion ! Je pli légèrement mes genoux afin d'être proche de ma selle tout en reportant mon poids dans mes talons, le buste légèrement en avant et les mains plus hautes qu'en saut.

Une minute de folie plus tard, Ulysse semble se calmer progressivement et me laisse reprendre le contrôle des rênes. Je me rassois donc dans la selle en restant calme, reprenant un rythme beaucoup plus lent afin de faire baisser son rythme cardiaque. J'entends son souffle saccadé qui me fais finalement repasser au trot durant plusieurs minutes plus au pas, le laissant souffler en lui rendant les rênes pour soulager ses cervicales.
- Alors...
Je lui chuchote quelques mots doux en attendant qu'il retrouve un rythme stable puis je met bien à terre afin de m'organiser un petit parcours.

Après dix minutes de danse avec les chandeliers, j'opte finalement pour 4 barres au sol, un croisillon suivit d'un droit et d'un oxer carré pour finir. Bien évidemment, je règle les obstacles à une cinquantaine de centimètres pour un premier passage, rien ne sert de forcer la chose. Je parcours à présent la piste afin de m'assurer des bonnes distances entre chaque obstacle : un bon mètre 40 entre les barres au sol, 4 foulées de trot entre la croix et le droit et 5 foulées de galop entre le droit et l'oxer. Pas de barre d'appel car je sais très bien qu'Ulysse shoote systématiquement dedans avec ses grands enjambées.

Je remonte finalement sur le dos de mon petit monstre qui semble plutôt motivé à la vue des barres. J'esquisse un sourire en chaussant mes étriers puis je lui demande un départ au trot assez cadencé afin de passer toutes les barres sans les toucher. Ulysse secoua légèrement sa tête de gauche à droite, ne raffolant pas de cet exercice sur des barres au sol mais il les passa sans trop de problèmes, juste une petite touchette sur la dernière. Il ne se donna même pas la peine de sauter la croix, l'enjambant simplement. Je rigolant intérieurement, sacré Ulysse ! Arrivée devant le droit, je ne change pas de position, m'occupant simplement de la rectitude et du tracé. Ulysse arriva tout tranquillement, passa d'un petit bond l'obstacle avant de trottiner gaiement derrière, sentant le galop arrivé.

Évidemment, un simple changement des aides fit passer le pie au galop. Je ferme lentement mes doigts sur les rênes, ce qui a pour effet de faire légèrement relever la tête à Ulysse, je suis maintenant sûre qu'il a bien vu l'obstacle. Je serre doucement ses flancs et me prépare à avancer mes mains. Je sais qu'il a des facilités sur les plans larges car il a des grandes foulées et il a plus de difficultés sur les droits où il doit monter ses épaules. Arrivé devant l'obstacle, Ulysse monte légèrement ses épaules et pousse avec ses postérieurs afin de couvrir l'obstacle en largueur bien qu'il n'avait rien de bien impressionnant. Se réceptionnant souplement, mon pie poussa un bref hennissement et galopa de plus belle, ayant une pêche d'enfer ! Je décide de recommencer une fois le parcours puis je monte progressivement les barres qui passent de 50 à 1m10 en quelques passages. Je ne vais pas monter plus les barres, ne travaillant pas la hauteur mais juste le geste.

Je suis maintenant de nouveau haut perché sur Ulysse, passant les barres au sol avec succès avant de sautiller le croisillon. Je réfléchis un bref instant, 4 foulées de trot soit 3 courtes de galop.. Je décide de tenter la chose, demandant le galop à mon cheval à une dizaine de mètres de l'obstacle. Ulysse renâcla en couchant ses oreilles, n'aimant pas faire des foulées courtes mais pour que ça passe, il n'avait pas le choix. Il me fit donc trois petites foulées et frôla la barre qui ne tomba pas, par je ne sais quel miracle. Je profita du reste de mètres qu'il me rester avant l'oxer pour pousser Ulysse à augmenter ses foulées afin d'avoir plus de puissance. Arrivée devant, je me fixe ; j'avance doucement mes mains tout en sentant le corps de mon gros en plein élan. Je lui laisse le temps de monter ses épaules avant de me pencher légèrement sur son encolure, ne lui bloquant ainsi pas les épaules. Il pousse sur ses postérieurs et couvre l'oxer avec une faible marge avant de se réceptionner lourdement sur le sol derrière, m'offrant même une petite ruade de joie.

J'affiche un sourire comblé, tellement heureuse de retrouver ces sensations ! Je lâche immédiatement les rênes et le couvre de bisous et de papouilles bien qu'il soit dégoulinant de sueur, n'ayant même plus les crins de sec.
- C'est super mon doudou !
Je suis complétement folle de mon cheval, je sais... Mais il m'offre tellement chaque jour..

Je profite de cette fin de séance pour lever un quartier de la sangle, desserrant la sangle de trois trous avant de me repositionner normalement.  Ainsi, je soulager la cage thoracique d'Ulysse et infliger moins de pression à son cœur qui retrouvait un rythme normal plus rapidement. Je continue donc de le marcher durant plusieurs longues minutes, voulant qu'il récupère correctement.
Je mis finalement pied à terre peu de temps après, affichant une grimace en sentant mes cuisses et fesses endolories, faute de ne pas avoir fait d'exercice les jours précédents.

Une fois à terre, je grattouille le grand front de mon pie en lui déposant un bisous entre les deux yeux.
- Demain, paddock et balade !
Tout en pensant au lendemain, je regagnes tranquillement les boxs, suivant par Ulysse qui affiche maintenant beaucoup moins d'entrain qu'au début, semblant totalement vidé d'énergie après cette longue séance.

by Oswinwho
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le Directeur
arrivée le : 19/10/2013
lettres envoyées : 824
expérience : 1050
miroir : sebastian stan.
pseudo : manyts.

MessageSujet: Re: En carrière et au grand air !    Jeu 12 Mai - 11:56

Résumé d'obstacle :

+ 2% de confiance
+ 5% de moral
+ 2pts en obstacle

Eh bien, c'est un super résumé J'ai beaucoup aimé te lire. Cependant, pense à signaler tes résumés quand ils sont terminés, que je puisse les noter plutôt que de chercher partout sur le forum, ce serait gentil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hurlevent-stables.kanak.fr
 

En carrière et au grand air !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Méréwyïn Alaryïn [Grand prêtre d'Arcamenel] {réservé Ambre}
» Tralïn- guerrier nomade grand tueur d'orque
» Un sous-commissariat à Grand'Ravine
» Nouveau lac formé par le séisme en Haïti menace d'inonder Grand-Goâve
» comment un nain se retrouva lié à une elfe, à son grand dam

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HARAS DE HURLEVENT :: La poésie est la tendresse espiègle des jeux de mots :: archives du forum-