AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 1 › Captain America (H)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
girls juste wanna have fun
galop : un
arrivée le : 01/05/2016
lettres envoyées : 177
expérience : 302
miroir : Zoe Sugg
pseudo : Mini BN
jumeau(x) : Emir Alvaro

MessageSujet: 1 › Captain America (H)   Mar 3 Mai - 19:00



captain america

INFORMATIONS

NOM : captain america.

RACE : fjord.

PAPIERS : plein papiers.

ROBE : gra (grullo).

ÂGE : 6 ans.

ORIGINE : france.

SEXE : hongre.

GALOP REQUIS : 1.
CARACTÈRE & HISTOIRE

Captain America, à défaut d'être un poney doué, compense par un cœur grand comme ça. Il a été choisi pour sa petite taille et son pied sûr, afin d'assurer la sécurité de sa cavalière aveugle. Depuis qu'il est débourré, il a travaillé auprès d'enfants handicapés. Jamais un geste brusque, il fait très attention et est très délicat.
Il n'a aucun souci pour suivre ou pour mener une reprise, il n'a pas un caractère particulièrement dominant. Plus proche des hommes que de ses congénères, il est gourmand comme pas deux et très attachant.
Un peu flemmard, il faut le motiver et le forcer à bouger un peu pour qu'il se réveille, mais une fois qu'il est lancé, il se montrera plein de bonne volonté, prêt à compenser son coup de saut plutôt moyen et son manque de souplesse. Ce qui fait peut-être son succès en dressage est la force qui émane de sa silhouette, et ses allures, plutôt aériennes pour cette race.


compétences


Confiance : 06%
Moral : 57%
Santé : 100%
Débourrage : 100%


Obstacle : 10 pts
Dressage : 35 pts
Cross : 10 pts
Endurance : 16 pts
Western : 05 pts
Equifeel : 25 pts

Compétitions réalisées : 00
autres informations


Propriétaire : Azalée P. Quincy.
Demi pensionnaire : libre.
Naisseur : Haras d'Elle.

généalogie
Père : Quillian (fjord)
Mère : Olympe d'Elle (fjord)
Descendance : aucune.

derniers soins
Maréchal : 03.05.2016
Vétérinaire : 03.05.2016
Ostéopathe : 03.05.2016
PREMIÈRES PLACES : 00 ▬ DEUXIÈMES PLACES : 00 ▬ TROISIÈMES PLACES : 00


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
girls juste wanna have fun
galop : un
arrivée le : 01/05/2016
lettres envoyées : 177
expérience : 302
miroir : Zoe Sugg
pseudo : Mini BN
jumeau(x) : Emir Alvaro

MessageSujet: Re: 1 › Captain America (H)   Jeu 5 Mai - 12:32

Azalée Prudence Quincy & Captain America
con él te duele el corazón

Je n'entends que mes pas dans l'allée. Je fais abstraction du bruit assourdissant qui emplit les écuries. Enfin, j'essaie. Et, au premier pas, toutes mes résolutions tombent à l'eau. J'ouvre grand les oreilles, afin d'écouter les chevaux renâcler, mâcher leur foin, gratter la paille du sol... J'inspire profondément, capturant l'odeur des écuries. Puis j'expire bruyamment. Malgré toutes mes appréhensions, je n'ai rien oublié de ce monde haut en bruits et odeurs qui semble s'étendre devant moi.
Je fais un pas. Puis deux. J'ai replongé malgré moi dans le bain, et si mon caractère fier et indépendant tente de reprendre le dessus, je sens perler par-dessus ma sensibilité et mon émotivité à fleur de peau, mise à mal par l'obligation que j'ai d'être ici.

Bien évidemment, j'aurais pu refuser. Rester cloîtrée dans ma chambre, ou dans mon salon devant mon piano, à jouer à m'en faire mal aux doigts. J'aurais pu laisser mon frère s'occuper lui-même de ce cheval qu'il m'a choisi. Et abandonner à son propre sort ce pauvre Fjord qui n'a rien demandé à personne, si ce n'est un peu d'amour.
Et ça, l'amour, c'est largement dans mes cordes. Même si je ne suis qu'une aveugle, incapable de faire nombre de choses comme les autres, l'amour, je sais en donner. A ce cheval, ou à d'autres. Même si récemment, j'ai peu montré cette capacité à mon entourage, ma présence au Haras prouve que je veux me racheter. Coûte que coûte.

Je m'approche du premier box sur ma gauche. Après avoir demandé au palefrenier où se trouvait son cheval, j'ai refusé son aide pour me rendre jusqu'à son box. Le cinquième à partir de la porte, c'est largement suffisant pour moi.
Je pose un doigt sur le haut de la première porte et, tout en faisant le moins de bruit possible, j'avance en laissant mon doigt posé sur le haut des portes. Entre chaque box, il y a des barreaux. Et ça, je peux les compter.
Un. Deux. Trois. Quatre. Et enfin cinq. En même temps que les boxes, j'ai compté mes pas. Comme ça, pas besoin d'embêter ces pauvres bêtes avec mon doigt à chaque fois que je viendrais embêter le mien.

Le mien. Un peu émue de pouvoir me considérer à nouveau propriétaire d'un cheval, je me colle à la porte du box et pose mes deux mains à plat sur le dessus.
Bonjour, toi. Captain America, c'est ça ? Est-ce que ça te dérange si je t'appelle juste Captain ? En échange, tu peux m'appeler Aza' si tu veux.
J'entends le cheval s'arrêter de mastiquer en entendant ma voix, puis deux pas étouffés par la paille de sa litière. Avant la fin de ma tirade, je sens un souffle chaud réchauffer mes mains, puis un museau humide se poser dessus. Ses vibrisses viennent chatouiller mes phalanges et, lorsqu'il renâcle bruyamment, je ne peux m'empêcher de sursauter violemment, prise de court. Immédiatement, l'hongre recule, au moins aussi surpris que moi.
Non, bonhomme, n'ais pas peur ! Je suis désolée, mais tu sais, moi je ne te vois pas. Tu es grand fort, et invisible. Avoue que ça a de quoi surprendre, non ?
Tout en rassurant l'équidé, je tends ma main vers lui. Pas rancunier pour un sou, il vient la renifler, puis se rapproche à nouveau. Un grand sourire béât accroché sur le visage, j'utilise mon autre main pour caresser lentement son chanfrein. Son poil de poney, tout doux, et encore parsemé de quelques touffes de ses poils d'hiver qui ne sont pas encore tous tombés, me ravit.
On t'a déjà dit que tu ressemblais à une grosse peluche ?
Ce qui n'est pas pour me déplaire. Lentement, concentrée histoire de ne pas lui mettre mes doigts dans les yeux, je démêle le toupet avec mes doigts, me promettant de lui faire un bon pansage la prochaine fois que je viendrais le voir. Pour aujourd'hui, c'est un peu tôt, je redécouvre à peine le monde de l'équitation, je ne me sens pas d'attaque pour lui mettre un licol et le sortir tout de suite.
J'arrive à atteindre le début de sa crinière en me penchant un peu, pour découvrir la fameuse coupe iroquoise que je m'attendais à trouver. Toujours aussi doux, à croire qu'on lui a passé un shampoing juste avant mon arrivée, je lui tapote doucement l'encolure, avant de me pencher pour l'embrasser sur les naseaux. Pas troublé le moins du monde, il souffle légèrement, et colle son chanfrein à moi.
C'est tout à fait injuste, je vais presque être obligée de m'attacher à toi tellement tu es adorable...
Après encore de longues minutes de câlins, à découvrir grosso-modo toutes les formes de la tête du Fjord, je le quitte sur une dernière caresse sur le chanfrein.
Promis Captain, je reviens vite, avec des friandises et de quoi te faire un bon pansage !
Et, pour la première fois depuis longtemps, je me surprends à penser que, cette promesse-là, j'ai toutes les chances de la tenir...
Le pas et le cœur bien plus légers que lorsque je suis rentrée dans cette allée de boxes, je quitte mon cheval, décidée à passer mon après-midi à faire du shopping, histoire de pouvoir chouchouter mon nouveau protégé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Directeur
arrivée le : 19/10/2013
lettres envoyées : 824
expérience : 1050
miroir : sebastian stan.
pseudo : manyts.

MessageSujet: Re: 1 › Captain America (H)   Jeu 5 Mai - 15:50

RÉSUMÉ DE SOINS :

+ 3% de moral
+ 1% de confiance

Captain a été très intrigué par cette première visite, il ne te connaît pas encore mais il sait qu'il peut avoir confiance.. La prochaine fois sera encore mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hurlevent-stables.kanak.fr
avatar
girls juste wanna have fun
galop : un
arrivée le : 01/05/2016
lettres envoyées : 177
expérience : 302
miroir : Zoe Sugg
pseudo : Mini BN
jumeau(x) : Emir Alvaro

MessageSujet: Re: 1 › Captain America (H)   Lun 6 Juin - 19:54

Azalée Prudence Quincy & Captain America
circle of life


Théon sur les talons, suffisamment sage pour que je puisse le laisser sans laisse dans les écuries, je m'avance dans l'allée vers le box de mon poney. Hier, j'ai compté 19 pas pour arriver au cinquième box, c'est donc concentrée que je marche, mon sac de pansage sur l'épaule et un licol dans la main. Concentrée, mais pas pour autant moins déterminée à m'en sortir, malgré ce qui pourrait s'apparenter à une longue abstinence.
Un pansage et une balade, je pense que c'est dans mes cordes. Il paraît que l'équitation, c'est comme le vélo : on n'oublie jamais.
Bonjour, Captain. Pour aujourd'hui, tu vas aller plus loin que le bout de ton box, ça te tente ?
Le poney s'avance immédiatement vers moi, et je ne tarde pas à sentir son souffle chaud sur la paume de ma main. J'en profite pour le caresser doucement, attentive à ne pas faire de gestes brusques et à ne pas lui mettre les mains dans les yeux. Je glisse ma deuxième main dans ma poche pour attraper un bonbon à la menthe, ceux-là même que mes parents m'ont envoyé à coup de carton entier.
Je le tends vers l'hongre, la main bien à plat. Je sens rapidement un coup de langue venir remplacer la friandise, et un bruit caractéristique de dents qui mâchent quelque chose de dur. Captain, s'il est surpris par le goût, s'en remet vite, et vient donner un petit coup de museau sur ma main posée sur le dessus de la porte du box pour m'en demander un autre. Du moins, c'est ainsi que j'interprète sa demande.
Tu as passé l'épreuve du bonbon à la menthe, tu es officiellement adopté !
J'ai un petit soupçon de nostalgie en repensant à Hope, qui raffolait de ces bonbons. Mais, n'en déplaise à la mémoire de ce cher cheval, Captain est beaucoup plus doux. Après encore une ou deux caresses, je me penche par-dessus la porte du box, à gauche, et tatonne l'intérieur du box, à la recherche de la corde, que j'ai demandé à un palefrenier de m'installer. Je finis par la trouver, je la décroche, et je la tire jusqu'à l'autre bout de la porte du box, où je trouve un anneau pour accrocher mon mousqueton.
Précautions prises, j'ouvre la porte du box, et je la rabat entièrement sur le côté, pour ne pas risquer qu'elle me gêne. D'où la corde à l'intérieur, qui empêche mon poney de se faire la malle. C'était Tyler qui avait trouvé cette technique, pour que je puisse soigner mon cheval sans galérer à chaque fois avec les loquets.
Captain, comme on part en balade, je te fais un pansage rapide ici, puis on sortira pour aller plus près de la sellerie ensuite. Si tu es sage, j'ai 15 kilos de bonbons dans la poche.
Je pose le sac à pansage dans la paille, juste à la sortie du box. Puis, habituée à le faire, je passe sous la corde.
Je me heurte à un poitrail chaud, et comme pour me réprimander, mon cheval souffle un bon coup, m'envoyant ce que je pense bien être de la bave partout sur le bras.
Ouais, bah pardon, on t'a jamais appris que quand on laisse entrer quelqu'un chez soi, on s'écarte pour le laisser passer ?
Ce à quoi un cheval doué du sens de l'humour et de la parole me répliquerait "Et toi, on t'a jamais dit de frapper avant d'entrer ?". Mais, Captain n'étant pas encore assez doué pour tout ça, je me contente de penser à ça et de rire toute seule dans son box. Ce qui, avouez-le, est nettement plus drôle.
Je m'approche de mon poney, le licol à la main, et je passe ma main sous sa joue pour le forcer à remonter la tête. Une fois qu'il est à hauteur de mes mains, je passe le licol sur sa tête, et je resserre le nœud, histoire qu’il ne se fasse pas la malle juste en tirant sur la longe. Je vérifie également, en passant ma main sous la sous-gorge, que je ne suis pas en train de l’étrangler, mais j’ai plutôt bien calculé mon coup. Je passe la longe autour de son encolure et fait un nœud simple : je compte le laisser libre de ses mouvements, mais je ne veux pas risquer qu’il se blesse en marchant sur la longe.
Bon, Captain, je te laisse tranquille, mais si tu commences à danser le tango dans ton box, je serai obligée de t’attacher. On est d’accord ?
Sauf que nous savons tous que, vu la paille fraîche qui s’étend sous ses pattes, il ne risque pas de bouger beaucoup. Mais mieux vaut prévenir que guérir.
Retournant vers la porte du box, je tâtonne dans la paille pour trouver mon sac de pansage. J’y attrape mon étrille, reconnaissable à ses petits picots, et je retourne vers mon poney, la main tendue devant moi histoire de ne pas lui rentrer dedans comme le camion que je suis d’habitude quand je ne fais pas attention. J’entreprends de faire des petits mouvements circulaires pour décoller la poussière de sa robe. De ma main gauche libre, j’explore son corps, pour être certaine de ne le brosser que sur les parties charnues. Je passe derrière lui en posant ma main sur la naissance de sa queue pour le prévenir, et je continue mon pansage en fredonnant doucement Photograph, d’Ed Sheeran. Je me souviens que cela calmait Hope, alors pourquoi pas Captain ? Bien qu’à mon humble avis, il n’ait guère besoin d’être calmé, ce poney…

Une fois le passage de l’étrille terminé, je vais récupérer le bouchon, cette fois-ci en ayant retenu l’emplacement exact de mon sac de pansage, histoire de ne pas le chercher deux heures à chaque fois… Je récupère la brosse, et cette fois-ci, je passe sur toutes les parties de son corps. Vu que je laisse toujours ma main gauche précéder la brosse, j’ai l’occasion de remarquer que j’ai plus brossé de la poussière qu’autre chose, il n’était pas vraiment sale… Au moins, il est propre ! Presque brillant !
Je finis de passer le bouchon, puis je demande l’heure à ma montre archi-technique à-la-pointe-de-la-pointe de la technologie, cadeau de mes parents. Lorsque celle-ci m’annonce qu’il me reste à peine une demi-heure pour terminer de panser et seller mon poney, je décide de passer nettement à la vitesse supérieure.
Bon, Captain, il va falloir appuyer sur le champignon. Tu ne voudrais pas qu’on loupe la balade, quand même ?
Je change mon bouchon contre un cure-pieds, un peu angoissée à l’idée de devoir lui nettoyer les sabots toute toute seule… Mais, bien déterminée à rester fière et digne, je renonce à l’appel de la facilité qui me dit d’appeler un palefrenier pour m’aider. Je m’approche de mon poney, et à ma plus grande joie, il me donne immédiatement son sabot lorsque je m’appuie sur sa patte pour lui faire déplacer son équilibre.
Je passe son sabot entre mes deux cuisses pour pouvoir le poser un peu au-dessus de mes genoux. Comme j’ai besoin de mes deux mains pour curer, le maréchal-ferrant qui s’occupait de Hope m’avait appris sa technique pour me permettre de le faire toute seule. Je repère l’emplacement de la fourchette et je la contourne avec le cure-pied pour enlever le surplus de terre et de crottin. Puis, avec la petite brosse du cure-pied, je nettoie tout ce qui reste.
Même si pour le premier sabot je dois m’y reprendre à trois fois – Captain est très patient, mais il reste quand même un cheval normal, agacé par le fait d’avoir une patte en l’air pendant des plombes – je parviens à faire le dernier en une seule fois ! Fière de ma petite victoire, je félicite mon poney en lui donnant deux bonbons à la menthe pour le remercier de sa patience. Heureusement pour lui que les vrais maréchaux sont plus rapides…

Pour finir le pansage, je prends une brosse à cheveux (la même que la mienne, si c’est pas la classe ça) et je la passe rapidement dans la crinière punk et la queue de mon poney. C’est plus pour enlever les éventuels brins de paille que pour vraiment démêler, mais au moins on ne pourra pas me dire qu’il n’est pas présentable…
Je détache le nœud de la longe, tire légèrement dessus pour sortir la tête de mon goinfre de son tapis de paille, et je m’avance vers l’entrée du box. Je décroche le mousqueton de la corde, et invite mon poney à me suivre. Pour être certaine de pouvoir anticiper au mieux ses réactions, je garde une main sur le montant du licol, et l’autre sur la longe.

Nous atteignons la cour, où je sais que je dois faire 10 pas tout droit, puis 16 pas à un angle de 90° pour trouver la barre d’attache plantée au milieu. Un palefrenier croisé tout à l’heure m’a, comme je le lui avais demandé, apporté ma selle, mon tapis et mon bridon depuis la sellerie. Non, je ne suis pas une flemmarde, mais une selle western, pour une gamine de même pas un mètre soixante, c’est lourd ! Et puis, il avait gentil et content de m’aider, alors bon…
J’attache Captain (après avoir tâtonné pour chercher un crochet pendant deux bonnes minutes, j’avoue) à la barre, demande à Théon de rester assis pas loin, et j’attrape le tapis. Un joli tapis western. Enfin, je suppose qu’il est joli. Je l’ai demandé vert, ma couleur préférée. Et en fait, vu le prix que j’ai dépensé pour équiper mon poney, ça a intérêt à être joli…
Captain, il me reste encore deux bonbons à la menthe, si tu es sage pour encore dix minutes, ils sont à toi !
Mais, fidèle à lui-même (je le soupçonne même de faire une sieste continuellement, sauf quand il doit bouger), mon Fjord ne bouge pas d’un poil. Je pose la selle sur le tapis, vérifiant au niveau du garrot si elle n’est pas trop avancée, puis je le sangle.
Enfin. J’essaie de le sangler. Parce que j’ai quand même une vague idée de la taille d’une sangle western, et que là, je devine bien vite qu’il gonfle le ventre tout ce qu’il peut. Parce que sinon, il roulerait, s’il avait ce bide au naturel.
Je sors donc mon arme secrète de la poche, reste à la sangle, et lui tend un bonbon à la menthe de la main gauche. Tout occupé qu’il est à se jeter dessus, il en oublie de faire le ballon, et je peux le sangler rapidement. Je choisis de ne pas non plus l’étouffer, après tout nous ne partons qu’en balade, il y a fort peu de chances pour que je me retrouve la tête en bas. Pour ça, il faudrait qu’il dépasse le pas, et vu son allure de croisière quand il marche à côté de moi, j’émets quelques doutes sur sa capacité à dépasser les 2 kilomètres/heure…

Après la selle, j’attrape le bridon, posé sur la barrière. Je retire le licol, pas vraiment paniquée à l’idée de laisser mon poney en totale liberté pendant deux dixièmes de secondes. Normalement, je ne vais pas mettre deux heures à lui enfiler le bridon, et il n’a pas l’air d’être un fugueur récidiviste, donc j’ai plutôt confiance.
L’avantage avec l’équipement western, c’est qu’il ne peut pas s’emmêler. Une fois les rênes séparées du reste et passées par-dessus la tête de mon poney (poney d’une taille très raisonnable, ce qui est indéniablement pratique pour moi, véritable Minimoys que je suis), je lui tends ma dernière friandise en guise d’appât, en profite pour lui passer le mors que j’ai préalablement réchauffé entre mes mains, et finit de passer le bridon par-dessus ses oreilles. Une fois ceci fait, j’adapte les montants à la taille de mon cheval, je vérifie partout que rien ne le serre trop. Une fois cette dernière vérification effectuée, j’attrape une rêne, je siffle mon chien, et je pars en direction de l’entrée (un demi-tour complet puis au moins 30 pas)…
Allez bonhomme, on y va !



De retour de notre balade tranquille, je décide de récompenser mon poney. Après sa petite crise de boulimie en début de balade, il s’est tenu plutôt tranquille, et je pense qu’il a bien mérité de finir sa journée au pré, histoire de profiter de l’herbe grasse que le climat pluvieux de la région permet.
Avec Max et son étalon, je me rapproche de la barre d’attache, et elle me tend gentiment le licol de mon poney, resté accroché à la barrière. J’enlève rapidement le bridon de Captain et le remplace par le licol, cette fois-ci encore sans fugue. Il est bien trop gentil, ce poney, et si ça continue je risque d’en profiter outrageusement, me connaissant…
Je détache la sangle, soulève la selle –non sans difficultés, c’est fichtrement lourd cette chose- pour la poser sur la barre d’attache, retire le tapis et le pose à l’envers sur la selle. Songeant que mon sac de pansage est resté dans le box de mon poney, Max me propose d’aller le chercher, et j’accepte avec un grand sourire. Je suis un peu déboussolée, vu que je n’ai pas pensé à compter les pas, et je ne suis pas certaine de retrouver seule l’allée des chevaux de propriétaires.

Certaine qu’un pansage est inutile vu que je m’apprête à le laisser dans un pré humide, et potentiellement boueux à certains endroits, je me retiens de lui faire un pansage complet. Je passe simplement un coup de bouchon rapide, histoire de décoller les micro-particules de poussière qui ont éventuellement pu se déposer pendant la balade. En songeant que c’est certainement des particules nettement plus grosses de boues qui ne vont pas tarder à les remplacer, mais bon…
Je nettoie mon tapis, à l’aide d’une brosse à linge collante, histoire d’enlever tous les poils. J’aime prendre bien soin de mes affaires, je n’ai pas vraiment les moyens de me racheter un équipement neuf tous les lundis.
Je finis par curer les sabots de mon poney, afin de m’assurer qu’aucun gravillon ne s’est logé dedans. Je m’attire une remarque impressionnée de Max, visiblement intriguée par ma façon de les curer. Mais bon, quand il nous manque deux yeux, on fait comme on peut. Cette fois-ci, visiblement un peu lassé de faire le gentil poney, Captain refuse de me donner le dernier sabot.
Fais gaffe, Captain. T’es pas encore dans le pré, à ce que je te rappelle. T’es pas vraiment en position de force…
Pas certaine qu’il ait compris le contenu de ma phrase, il saisit tout de même le ton agacé, et me donne enfin son dernier pied. Je m’empresse de le curer –n’abusons pas de la gentillesse de ce poney non plus- et range ensuite le cure-pied dans le sac de pansage suspendu à la barrière. Finalement, je demande à Max si elle veut bien me guider vers les prés, je détache mon poney, et je l’emmène finir sa journée au vert.
Après tout, il l’a bien mérité. Tout comme moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Directeur
arrivée le : 19/10/2013
lettres envoyées : 824
expérience : 1050
miroir : sebastian stan.
pseudo : manyts.

MessageSujet: Re: 1 › Captain America (H)   Mar 7 Juin - 21:37

Résumé de soins + ballade :

+ 5% de confiance
+ 5% de moral
+ 1pt d'endurance

Mon dieu, j'ai eu des frissons a un moment Ils sont trop chous tous les deux, j'adore !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hurlevent-stables.kanak.fr
avatar
Cavalier Expérimenté
galop : 7
arrivée le : 24/03/2015
lettres envoyées : 157
expérience : 247
miroir : Chris Evans
pseudo : eldo'
jumeau(x) : Tom S. Bradford

MessageSujet: Re: 1 › Captain America (H)   Lun 11 Juil - 2:37


Pour terminer sa journée de travail, Mike devait se rendre au Haras. Une jeune demoiselle, étudiante à Hurlevent, l'avait contacté, car elle venait d'obtenir un nouveau poney et souhaitait vérifier que tout allait bien avec lui, car il venait de faire un assez long voyage. C'est donc sous un ciel orangé annonçant un début de soirée d'été paisible que l'ostéopathe stationna sa voiture au haras et se rendit à l'écurie des propriétaires. À l'entrée de celle-ci, il rencontra ladite demoiselle qui l'avait appelé; Azalée. S'il fut surpris de constater qu'elle était aveugle, il n'en fit aucune remarque, la saluant comme il saluait tous ses clients. Les présentations terminées, il suivit la cavalière jusqu'à la stalle du poney, qui se nommait Captain America. Il s'agissait d'un joli fjord de robe gra, âgé de six ans. Il semblait bien sympathique, d'ailleurs. Après s'être intéressé à sa propre cavalière, le fjord s'intéressa à Mike. Il vint le voir, les oreilles pointées, et renifla la main que lui tendit l'ostéopathe, qui lui gratta un peu le haut de l'encolure. La première approche faite sans problèmes, la consultation pouvait débuter.

Dans un premier temps, Mike demanda à Azalée de faire évoluer son poney en longe, au pas et au trot. Captain évoluait bien, un peu raide, mais cela était sans doute dû au long voyage qu'il avait dû effectuer, cloîtré dans un van, à essayer tant bien que mal de garder son équilibre dans les virages et pendant les accélérations et les freinages. Après que Captain ait effectués quelques tours au pas et au trot à chaque main, le trio revint à l'écurie. Il était temps de soulager le fjord de ses raideurs. Durant tout le temps du massage et des étirements, le poney ne bougea pas. Certains chevaux pouvaient se tortiller lorsque Mike appliquait des points de pression dans leur dos, mais ce n'était pas le cas du fjord. Il ne faisait pas un geste, trouvant sans doute que c'était une bonne occasion pour faire un petite somme. Massage, points de pression pour détendre le dos, étirements de chacun des membres... Mike s'appliquait, guettant tous signes que pouvait lui envoyer le fjord. Ce dernier se détendait de plus en plus, s'il lui en était possible. Il semblait déjà être détendu d'avance, très calme. Après un traitement d'environ une demie-heure, il était temps de voir si Captain était moins raide dans ses allures. ''Allons, bonhomme. Il te reste un dernier effort à fournir et après tu es tranquille.'' fit Mike sur un ton amusé. De retour à l'extérieur, le trentenaire fit longer le fjord pendant un petit dix minutes, cinq minutes à chaque main. On voyait que le poney était moins raide et évoluait avec légèreté. Finalement, Captain pu retourner dans sa stalle pour y grignoter son foin. La consultation terminée, Mike salua Azalée et quitta le haras. Sa journée était terminée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: 1 › Captain America (H)   

Revenir en haut Aller en bas
 

1 › Captain America (H)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Steve Rogers - Captain America
» Captain America ♦ Le soldat americain est là UC
» Captain America ◢ je vais te foutre une droite de malade, même si je te rate, rien qu'avec le vent, j't'enrhume.
» Captain America ▬ Le Bon combat, est celui engagé parce que notre cœur le demande »
» Steven ''Steve'' Rogers [Captain America]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HARAS DE HURLEVENT :: Le domaine équestre du Haras de Hurlevent :: deuxième écurie :: chevaux de propriétaires-